Sélectionner une page

Lepatrimoine

Fresques, fontaines et street art

A chaque époque, les artistes laissent des traces dans nos villes qui embellissent notre quotidien…

A Tarbes, nous vous proposons de découvrir les fresques, les trompe-l’œil et les emblématiques fontaines de la ville, grâce à un circuit original, en 9 étapes que vous pourrez réaliser seul ou en famille!

Départ office du tourisme en autonomie

​Durée 1h30

Idéal le mardi !

Le musée Massey et la maison Foch sont fermés

Le cours reffye

Fontaines

Les deux fontaines sont disposées de part et d’autre du Cours Reffye. Ce sont des ouvrages en bronze fixés sur du marbre gris des Pyrénées.

Elles sont érigées en souvenir d’un des plus importants personnages de la ville : Auguste Verchère de Reffye. Officier sous Napoléon III, il permit à Tarbes de se développer et de rentrer dans l’ère industrielle avec la création de l’Arsenal (Aujourd’hui quartier transformé en quartier de loisirs).

L’une porte le buste de Reffye, le militaire, l’autre un mascaron, c’est-à-dire une figurine mythologique qui crache un petit jet dans un bassin constitué de galets. Depuis le réaménagement du Cours en 2004, les deux fontaines s’appuient sur l’histoire des lieux et rappellent la présence de l’eau dans le quartier (ancien canal de l’Ayguerote, Tarbes était dotée  de canaux).

Artiste : Snake

Fresques

Une grande Cascade vient décorer la façade d’un immeuble de ce Cours. Elle est réalisée par le graffeur Snake, un tarbais qui égaye la ville depuis des années grâce à ses œuvres !

La place de Verdun

La grande fontaine

Traversez à pieds secs un mur d’eau en mouvement !

Conçue en 1991, cet ouvrage futuriste tantôt à sec, tantôt à vives eaux, donne une dimension originale au paysage urbain et offre un rafraîchissement l’été. C’est un dôme d’eau de 13 mètres de diamètre avec 55 jets puissants qui forment une paroi décorative. Le jeu consiste à franchir par trois portes le mur d’eau et à traverser l’ensemble, montant à plus de 5 mètres de haut, en restant au sec ! Il est à signaler que l’auteur de cette fontaine est une référence internationale de la « Fontainerie ».

Artiste : Max Lorca

Fontaine des droits de l’enfant

Ludique, cette fontaine est interactive : c’est un jeu d’enfant de la mettre en mouvement !

Construite en 1993, la sculpture comporte un joli bassin en forme de demi-lune avec jet d’eau bouillonnant éclairé le soir. Un socle de granit de 1 mètre de haut surplombe ce bassin, sur lequel une sphère de granit marbré rose et gris de 1 mètre de diamètre et de 1500 kg est mise en mouvement par un coussin d’eau sous pression.

L’astuce qui consiste à faire pivoter la sphère sur elle-même au-dessus d’1 cm d’eau à l’aide d’un léger coup de main reste souvent insoupçonnée, ce qui fait tout le secret et le mystère de l’édifice ! Essayez !

Fresque hôtel Foch

Cherchez le joli trompe l’œil à l’est de la place. Il embellit significativement l’immeuble de l’Hôtel Foch. Peut-être allez-vous dormir dans la chambre au balcon vue sur Pyrénées ?

Artiste : Max Lorca

La rue Brauhauban

Fontaine de la place Saint-Jean

Une fontaine commémorative à dimension mystique sur la plus ancienne place de Tarbes.
Place Saint-Jean, où au Moyen-Âge se déroulait le marché, tout près de l’église, une fontaine surprenante vous interpellera. Réalisée en marbre de Payolle par Jacques Comas, professeur de sculpture tarbais. La partie supérieure de l’œuvre représente l’ange Saint-Jean. Il surplombe des monstres avec le livre de l’Apocalypse. Une main humaine immense symbolise l’apparition de l’homme dans ces catastrophes.

Une fontaine qui ramène l’être humain à sa condition de mortel et le met face à ses responsabilités. Parce que dans les fontaines, c’est la part de sacré qui s’exprime aussi.

Artistes : Jean Réale et Joël Soulier

Trompe l’oeil

Ce trompe l’œil situé au bout de la rue Brauhauban (côté Hôtel de ville) est un véritable chef-d’œuvre des artistes Jean Réale et Joël Soulier. Dans le bon angle de perspective, on distingue à peine le réel de l’irréel. Les artistes inventent la rue de la Gaieté (on voit le panneau indiquant cette rue au milieu de l’œuvre). La fresque représente un joueur de violon, deux femmes au balcon, un cheval (l’emblème de la ville), une jeune danseuse et les deux artistes qui se sont mis en scène en train de peindre, en haut du trompe-l’œil. Les artistes ont représenté une architecture tarbaise, afin de rendre l’œuvre la plus réaliste possible.

L’hôtel de ville

Le trompe l’oeil du hall d’accueil

Cette salle devient alors un panorama sur les Pyrénées avec une inspiration classique traduite dans les colonnes peintes. Afin de profiter au mieux de la qualité de la perspective, placez-vous au centre. Même le plafond de la salle est décoré en trois dimensions. On voit encore une fois le talent de l’artiste qui cherche au maximum le réalisme.

Artiste : Jean Réale

5 rue clémenceau

Artistes : Snake, parmi le collectif

Fresque

A l’Est de l’hôtel de Ville, la fresque traduit les thèmes chers à la ville : présence du cheval, montagnes enneigées, industrie, fontaines. On peut lire sur le papier qui s’envole sur la scène de droite : « L’Art est passerelle entre les êtres et le monde extérieur ».

La place Montaut

Fontaîne

Les têtes de lions lancent des jets d’eau près de l’emplacement historique du moulin des Comtes de Bigorre… La fontaine est en pierre de Lourdes. Aujourd’hui située sur l’ancienne place des Balais (nommée ainsi autrefois parce qu’on les commercialisait les jours de marchés), elle devait à l’origine trôner au  centre de la place Marcadieu, juste à côté.

Il s’agit d’un grand bassin cylindrique de 8.40 mètres de diamètre. Sur son pourtour sont appliquées six bornes fontaines chargées de fournir l’eau potable.

A noter, durant quatre ans, l’ingénieur de l’époque échoue à la rendre fonctionnelle, si bien qu’elle sera reléguée. Elle a pourtant de l’allure et donne du prestige à la placette.

Artiste : Henri Nelli

La place Marcadieu

Artistes : Desca, Escoula, Mathet

Fontaîne des 4 vallées

Trésor patrimonial, particulièrement triomphant au-dessus des tentes des marchands et de la marée humaine les jours de marché (jeudi). C’est une œuvre monumentale de 14m de haut datant de 1897. Elle fut d’abord placée au centre de la  place avant d’être à sa place actuelle. Les artistes locaux ont signé une allégorie : véritable triomphe d’une ville et de son environnement. On y voit les d’éléments emblématiques de la région : belle bigourdane dévoilée dans l’aurore d’où dévalent les torrents des montagnes, cheval tarbais avec la présence du poulain, feuilles de vigne pour les vins du terroir, canon et cartouche aux armes de la ville, évocateurs du rôle historique des garnisons tarbaises et de l’arsenal… Sans oublier l’isard, l’ours, l’aigle et le loup, animaux traditionnels et légendaires des Pyrénées. Elle symbolise en fait les vallées pyrénéennes.

Source d’amour

Hymne à l’Amour : fécondité et grâce sont représentées dans cette œuvre. Réalisée à la fin du XIX° siècle et dénommée « Source de l’Amour », elle est en pierre de taille d’Arudy (village béarnais) et met en scène dans un splendide groupe en fonte : une nymphe des sources tenant une cruche. L’amour aux pieds du personnage féminin la séduit tout en cherchant à la guider selon son bon vouloir. Autant dire une déclaration d’amour de Tarbes à l’égard de sa source de vie.

Artiste : Frère

8 rue Maréchal Foch

Artiste : Alain Laborde-Laborde avec l’association Tangueando

Fresque Caminito

L’œuvre est une peinture murale de 31m de long, plus de la moitié de cette petite rue piétonne. Réalisée en 2011 à l’initiative de la Mairie, de l’association Tangueando et d’un restaurateur installé dans cette ruelle. Le dessin est effectué par Alain Laborde-Laborde et la peinture par ce dernier avec les membres de l’association Tangueando. La fresque rappelle le quartier de La Boca, à Buenos Aires, qui est décoré de couleurs vives. L’artiste y présente des célébrités : Anibal Troilo (chef d’orchestre de tango anrgentin), El Indio et sa partenaire de tango, Eva Peron (personalité politique argentine), Antonio Segui (peintre argentin), Carlos Gardel (compositeur et chanteur à l’origine du tango). Tarbes en Tango est un festival international qui rassemble à Tarbes chaque mois d’aout plus de 25 000 festivaliers.

9 square Gabriel Sempe

Fresque la géante

L’immense fresque de Bruno Schmeltz présente La Géante (avec une partie d’un poème de Baudelaire, du même nom).

Artiste : Bruno Schmeltz, qui signe aussi le rétable de l’église St Jean